La Fille de la ligne 8
Genre : Poésie
Publié le : 04/10/2018
Résumé de l'oeuvre :
Une ballade romantique en métro
Pour télécharger gratuitement cette oeuvre, cliquez sur l'icône suivante : Télécharger La Fille de la ligne 8
Donnez une note !
Moyenne : 5.0/5 (13 notes)
Lu : 152 fois
Signaler un abus

Vous avez aimé cette oeuvre ?
Partagez-la avec vos amis en cliquant sur les icônes suivantes :

Linkedin   email

Commentaires

Georges Ioannitis, il y a 3 ans
Je faisais juste un petite digression sur un passage que j'ai trouvé amusant, Jpaï.(c'est pas grave)
Signaler un abus
jipaï, il y a 3 ans
Un poème qui coule comme une source, étonnant non, quand il s’agit de métro, de tunnel et de la fureur de Paris. C'est ça la vraie poésie, pouvoir s'abstraire du quotidien pour s'élever vers le beau. Comme dit Véronique, un très joli moment.
PS: Je n'ai pas fait le rapprochement entre mon récit et Brel, mais j'accepte volontiers, merci.
Signaler un abus
Georges Ioannitis, il y a 3 ans
‘Les passantes’ est une chanson de Brassens que j’aime beaucoup. Même s’il ne se définissait pas comme tel, Brassens était poète. Il s’était cette fois-ci contenté d’en composer la musique, le texte fut écrit par son ami André Pol. Un autre poème magnifique aborde le thème de l’inconnue qui passe, ‘À une passante’ de Baudelaire. Mon petit texte me ramène à un précédent que j’ai laissé sur le site, ’Rue des boutiques obscures’, combien d’amours auraient pu voir le jour si l’on avait su aborder cette inconnue qui passe. Merci Quatre sous pour votre visite, je ne commente pas vos textes pour ne pas être importun. À bientôt peut-être. Georges
Signaler un abus
Georges Ioannitis, il y a 3 ans
Merci Véronique pour votre apréciation de ce texte entre deux genres, moitié chanson moitié poème, poésie parisienne.Très amicalement Georges
Signaler un abus
UK, il y a 3 ans
Bonjour,

un autre homme prénommé lui aussi Georges à écrit un jour :

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu'on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu'on connait à peine
Qu'un destin différent entraîne
Et qu'on ne retrouve jamais
….
A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu'on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

votre poème m'a rappelé ces vers ...

A bientôt
Signaler un abus
Lucie Granville, il y a 3 ans
Les stations qui défilent donnent un rythme intéressant à votre poème, semblable à celui d'une chanson. La grisaille autour s'efface au fil des vers, le trouble et l'envoutement provoqués par la présence de cette belle inconnue sont palpables. Merci Georges pour ce joli moment.
Signaler un abus

 
 
 
 
X

X

Signaler un abus

Motif de l'abus :