Karim CENCIO


Broken KA - musique, poésie, psychologie, philosophie, sociologie
Linkedin   email

Ses oeuvres

3 oeuvres
  • Discours minoritaires et effets paradoxaux - Karim CENCIO

    Publié le 23/07/2019

    Le sens commun voudrait que les différents mouvements s’attachant à protéger les droits des minorités tentent, du mieux qu’ils peuvent, de suivre une ligne cohérente. Cela afin d’éviter de se voir discrédités et de perdre par extension de leur influence. Cependant, lorsque l’on prend une perspective intersectionnelle, force est de constater que l’on peut assister à des croisements entre ces diverses luttes. Ainsi, lorsque l’on pense avoir affaire à une lutte féministe quand on aborde la question du voile, Alia Al-Saji nous dit que « la projection de l’oppression de genre, sur le voile, est le moyen par lequel la racialisation a lieu. » (Al-Saji, 2008, p.41). Si tel est le cas, il devient important de se demander à quel moment un discours paraissant à prime abord défendre les droits d’une minorité, les femmes dans cet exemple en particulier, a pour effet en réalité de pointer du doigt une autre minorité, la communauté musulmane en l’occurrence.
  • La pratique de l’hypnose à travers le temps, d’un point de vue socio-historique - Karim CENCIO

    Publié le 31/07/2019

    Le parcours qu’a connu l’hypnose est, à bien des égards, inconstant. De sa naissance officielle jusqu’à nos jours, cette pratique n’a eu de cesse d’être à la mode puis de sombrer dans l’oubli. Ses divers statuts ont souvent été influencés par les idées des époques qu’elle a traversées. Sa reconnaissance par les milieux scientifiques a toujours été discutée et même lorsqu’elle a été admise, l’hypnose n’a pas tardé à être oubliée de nouveau, peu de temps après. Les raisons à ce cheminement déconcertant sont multiples et intrinsèques, entre autres, à l’hypnose elle- même. Sa pratique a souvent été critiquée car potentiellement dangereuse ou ambigüe, notamment en ce qui concerne la relation entre hypnotiseur et hypnotisé·e.
  • « Le plaisir sexuel : une expérience uniquement personnelle et intime? » - Karim CENCIO

    Publié le 14/07/2019

    Penser le plaisir sexuel peut paraître au premier abord contre-intuitif, voire absurde, tant cette notion semble ancrée culturellement comme étant uniquement une expérience à vivre, intuitive. Cependant, se pencher sur ce concept en l’introduisant dans une perspective GSM permet de l’insérer socialement, culturellement et historiquement. Il est dès lors possible de l’appréhender comme un fait social construit. Il existe donc des scripts culturels du plaisir sexuel, les scripts consistant en l’ensemble des prescriptions sur la « bonne ou la mauvaise manière de se comporter, ce qu’il faut faire et ce qu’il convient d’éviter » (Gagnon, 1999, p.77). Les individus adaptent leurs comportements en fonction, entre autres, de ces « scénarios culturels ». A titre d’exemple, la pornographie peut servir de base à des scripts sexuels (Gagnon, 1999, p.75). Le plaisir sexuel ne faisant pas exception, Masters et Johnson estiment que même les phases du cycle de l’orgasme reposent sur un script sexuel.
 
 
 
 
X

X

Signaler un abus

Motif de l'abus :