Christian MORAZZANI


La formation d’ingénieur ne m’a pas détourné de l’amour de la peinture. Je possède à ce jour certains de mes dessins que j’ai exécutés à l’âge de sept ans. Leur qualité m’étonne à ce jour. Puis au cours de ma carrière je peins de façon irrégulière enfin à la retraite, je prends des cours et peins en amateur. Un statut que je souhaite conserver car je refuse l’aspect commercial et mercantile, seule la création m’intéresse.
Élève de 2002 à 2005 de Georges DALMEN à Barbizon puis de Thierry LODZIAK de 2004 à 2007 à Yèvre le Chatel.
Voici quelques références prétentieuses puisqu’il faut se faire valoir.
Prix :
1991 Conseil général à Neuilly sur Marne,
2004 Art dans la ville à Nemours,
2006 Prix du Maire de Moret sur Loing,
2007 Ville de Beaumont du Gatinais,
2007 Ville de Villiers sous Grez à Villiers.
2007 Prix du public à Villiers.
2017 Prix du public à Villiers.
Je découvre par ce tableau que ma maladie altère mes performances.
C’est l’amour de la création qui m’a conduit à écrire.
« C’est l'occasion qui m’a fait écrivain d'occasion. »
L’harmonie, la composition, le ton, le rythme, qui sont les éléments de langage de la peinture, agissent sur mon écriture. C’est le goût de vouloir créer qui m’a amené à écrire. J’ai trouvé dans la peinture et l’écriture des similitudes que je n’avais pas descellées au cours de ma carrière d’ingénieur physicien. Alors j’ai constaté que le texte complète l’œuvre picturale. Faites un effort et vous constaterez un vocabulaire commun entre ces disciplines.
Aussi, il m’est difficile d’écrire en absence d’image et sous la pression de quelques amis je me suis livré à l’art de la rime.
Linkedin   email

Ses oeuvres

20 oeuvres
  • " " 0 Mon vieux chêne " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 28/06/2020

    Hier il hébergeait encore une famille de corbeaux À ce jour c’est le tour de trois pigeonneaux Pour lui, donner le gîte est une tradition.
  • " " 1 Mon beau village " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 17/06/2020

    Avec ses maisons au crépi écru, Mon village culmine sur la colline. J’ai quitté mon pays pour aller gagner ma vie Où le mirage du Formica et de l’Arcopal aveuglants Produit un avenir incertain mais sans le profit. Avec ses maisons au crépi écru, Mon village culmine sur la colline. J’ai quitté mon pays pour aller gagner ma vie Où le mirage du Formica et de l’Arcopal aveuglants Produit un avenir incertain mais sans le profit.
  • " " Art à feu mère " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 25/01/2020

    Voici la méthode avec laquelle j’ai croqué ces tracés. En premier, j’ai laissé sur la vitre de mon insert la suie s’amasser. Puis, au canif, j’ai gravé une esquisse. Ensuite j’ai déposé dans l’âtre des papiers de différentes couleurs. J’ai mis le feu, refermé l’insert et observé le frontispice. Les flammes au maximum, j’ai photographié en simple copieur. Alors, avec Photoshop, j’ai superposé et fignolés les clichés. J’ai usé d’artifice, d’aléas et de volonté créatrice. L’art n’est fait que d’intentions et de caprices.
  • " " Aventure autour du lit " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 14/03/2020

    Ne soyez pas étonnés du changement car quelque fois les choses vous tombent sur la tête et vous surprennent. Ne soyez pas étonnés du récit de mon aventure autour de mon lit d’hôpital. Ne soyez pas étonnés que cette maladie vous pète à la figure alors que vous ne vous y attendiez pas. C’est ainsi.
  • " " Balade en forêt. " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 11/01/2020

    Accueillant, gracieux et tortueux ce petit chemin, Étroit et sablonneux, ce n’est qu’une sente, Sans doute, un layon qui ne mène nulle part, Vient ici Médor, Laisse le jour arriver, Laisse la forêt s’enjoliver.
  • " " BEAUTÉ DES MOTS IN UN PRIMO TEMPO " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 13/03/2020

    Un jour ma voisine, j’ai rencontré Une femme d’un certain âge, Un personnage qui m’a incité À lâcher mes pinceaux Pour versifier sur mes tableaux. Je peins et j’écris, Les choses qui me paraissent jolies. Alors à mes tableaux, des poèmes j’associe. Avec moi la peinture rejaillit sur la poésie. —« Pour moi un tableau doit être une chose aimable, Joyeuse et jolie ; Oui jolie ! Il y a assez de choses embêtantes dans la vie... » Je ne suis pas que peintre amateur, Mais aussi littérateur. Tout ce que je souhaite en tout gouailleur, C’est que la beauté fasse votre bonheur. L’extase des mots et les couleurs ne font pas toute ma vie, La maladie aussi. Ainsi de ma maladie je vous instruis, De ce fait mon humeur se radoucit. C’est dans la rémission que je crée, Est-ce une pause ou une récrée ? Dans la conception, je me réfugie, Tout va bien aujourd’hui.
  • " " Chapelle au couchant " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 18/01/2020

    Drapée dans sa pierre une chapelle Se découpe sur le ciel. Enneigé de tous côtés, Élégamment élaborée, Étincelante splendeur, Éclatant oratoire.
  • " " Chromomorphé " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 02/05/2020

    Quand j’ai commencé à créer cela mon épouse m’a dit tu veux faire du Mondrian. Je ne connaissais pas ce peintre et m’en suis allé à la bibliothèque pour m’informer. J’ai constaté que ma démarche était différente. J’étais parti sur la création de nouveaux formats qui par leurs dimensions et leur progression mathématique dans le tableau des formats, permettait de réaliser des combinaisons multiples et harmonieuses. Tout cela forgé suivant la valeur du nombre d’or. Enfin il s’agissait de compléter par une harmonie de couleurs. Tout cela est très Swing.
  • " " Ciel, mer et glace " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 14/02/2020

    Tout est bleu, Tout est calme, Tout est merveilleux, Tout est charme.
  • " " Con sangre y oro " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 21/05/2020

    J’ai créé des œuvres d’art à feu mère construites grâce aux flammes de mon âtre cela m’a donné des images rouge carmin comme le sang et jaune cadmium comme l’or. Ma gravure soigneusement élaborée sur la vitre de mon insert et l’ardeur du brasier m’ont donné des photos inattendues. Ainsi l’aléa et la volonté créatrice s’allient pour produire une œuvre originale. L’art n’est fait que d’intentions et de caprices.
  • " " En souvenir de Louis Émile Vincent Pergaud " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 07/04/2020

    Je veux vous parler, ce jour, d’un écrivain partiellement oublié : Louis Émile Vincent Pergaud mort pour la France le 8 avril 1915 aux Éparges près de Verdun à l’âge de trente-trois ans. Il était romancier et instituteur. Il fut l'auteur de De Goupil à Margot, prix Goncourt 1910, mais aussi Le Roman de Miraut, chien de chasse en 1913. Je donne enfin le titre du roman le plus connu : La Guerre des boutons, paru en 1912.
  • " " Il a neigé " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 05/04/2020

    Il a neigé sur la ville. Il a neigé sur les toits. Il a neigé dans mon jardin. Aucune musique, le Rap ramollit, le Rock s’affaiblit, le classique s’amortit. Le silence règne et l’oreille se repose. Le ciel s’éclaircit. Les oiseaux chantent et l’herbe frise. La neige glisse des faîtages et empoudre la rue. Les bruits deviennent perceptibles. Le silence s’enfuit. Sans la lumière du soleil il n’y a pas d’ombre. L’ombre naît de la lumière comme l’ordre naît du désordre.
  • " " Le temps est triste" " - Christian MORAZZANI

    Publié le 23/03/2020

    Le corbeau courbe son aile à la volonté du vent. Soudain l’ennemi clandestin et sournois arrive, Et en même temps mon voisin est mort Et mon cousin aussi. Le passant apaisé, franchit le pont à grand pas, Sans faire son mea culpa. Espérons que bientôt, Que la vie impatiente s’agite comme avant. Que plus rien n’accable personne car c’est le printemps.
  • " " L’œil sur la toile et le pinceau dans la main " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 14/01/2020

    Christian Morazzani est depuis toujours amateur de peinture, dès l’âge de 7 ans il dessine, au cours de sa carrière il peint de façon irrégulière puis à la retraite il prend des cours et peint en amateur. Un statut qu’il souhaite conserver car il refuse l’aspect commercial et mercantile, seule la création l’intéresse. C’est la passion de la peinture qui l’a amené à écrire sur le sujet. Comme il dit : —« C’est l'occasion qui m’a fait écrivain d'occasion. » Sa formation d’ingénieur en physique appliquée le conduit à analyser cet art visuel avec minutie sans entrer dans le travers du développement excessif. De l’harmonie à l’aspect juridique en passant par la composition, la réalisation pratique et la facture, il traite ce sujet dans tous ses aspects
  • " " Papé te parle de ZZT 926 chien de caresses" " - Christian MORAZZANI

    Publié le 05/01/2020

    Amateur de peintures et peintre amateur, à l'occasion écrivain d'occasion ; je vais te parler, ma Pilou, de mon chien dont la mort, m'a profondément bouleversé. Je te résume : la naissance, le quotidien, la mort ; c'est la vie. Je souhaite te captiver par l'émouvant, le beau, le réfléchi. L'arrivée : Roméo, mon chien de trois mois, avec prudence ; trois pattes au sol, une patte antérieure en suspens qu'il utilisait avec précaution pour tâter ce sol inconnu, voire hostile. Certains ont un chien de garde, d'aucuns ont un chien de chasse ou un chien d'attaque enfin les autres ont des chiens policiers ou bergers. Mon Roméo fut, tout simplement, un chien de caresses. Il aura été mieux que cela : un être de connivence. Le départ : la larme me monte à l'œil chaque fois que je dois parler de son départ dont l'émotion me coupe toute envie d'écrire. Celui qui a piqué Méo, t'a dit : — Le métier de vétérinaire c'est aussi ça. Il va de l'insémination à la crémation.
  • " "Je suis gorille" " - Christian MORAZZANI

    Publié le 14/12/2019

    Jetez un œil sur le primate le plus impressionnant et pourtant, l’animal le plus pacifique et timide qu’il soit : le gorille.
  • " "Misère, misère" " - Christian MORAZZANI

    Publié le 26/12/2019

    Une vision qui m’horrifie, De notre société, c’est le fruit, Un sans domicile fixe endormi, Avec son chien tout contre lui, Que dire de tout cela ? Halte-là !
  • " "Rémission, résurrection" " - Christian MORAZZANI

    Publié le 27/12/2019

    Actuellement quatre choses m’occupent : ma famille, ma peinture, ma poésie et mon cancer.
  • " "Un vieux couple" " - Christian MORAZZANI

    Publié le 18/12/2019

    Comme le dit Reggiani, La femme avec qui je vis, N’a plus vingt ans, Depuis longtemps, Nos tracas sont sans souci. C’est ainsi. On s’aime, c’est pourquoi on ne le dit pas, Ce n’est pas sympa. Nous sommes point un couple de vieux, Mais un vieux couple encore heureux. Depuis longtemps on va plan-plan, et c’est ainsi.
  • " "Un vieux couple" " - Christian MORAZZANI

    Publié le 19/12/2019

    Comme le dit Reggiani, La femme avec qui je vis, N’a plus vingt ans, Depuis longtemps, Nos tracas sont sans souci. C’est ainsi. On s’aime, c’est pourquoi on ne le dit pas, Ce n’est pas sympa. Nous sommes point un couple de vieux, Mais un vieux couple encore heureux. Depuis longtemps on va plan-plan, et c’est ainsi.
 
 
 
 
X

X

Signaler un abus

Motif de l'abus :