Christian MORAZZANI


La formation d’ingénieur ne m’a pas détourné de l’amour de la peinture. Je possède à ce jour certains de mes dessins que j’ai exécutés à l’âge de sept ans. Leur qualité m’étonne à ce jour. Puis au cours de ma carrière je peins de façon irrégulière enfin à la retraite, je prends des cours et peins en amateur. Un statut que je souhaite conserver car je refuse l’aspect commercial et mercantile, seule la création m’intéresse.
Élève de 2002 à 2005 de Georges DALMEN à Barbizon puis de Thierry LODZIAK de 2004 à 2007 à Yèvre le Chatel.
Voici quelques références prétentieuses puisqu’il faut se faire valoir.
Prix :
1991 Conseil général à Neuilly sur Marne,
2004 Art dans la ville à Nemours,
2006 Prix du Maire de Moret sur Loing,
2007 Ville de Beaumont du Gatinais,
2007 Ville de Villiers sous Grez à Villiers.
2007 Prix du public à Villiers.
2017 Prix du public à Villiers.
Je découvre par ce tableau que ma maladie altère mes performances.
C’est l’amour de la création qui m’a conduit à écrire.
« C’est l'occasion qui m’a fait écrivain d'occasion. »
L’harmonie, la composition, le ton, le rythme, qui sont les éléments de langage de la peinture, agissent sur mon écriture. C’est le goût de vouloir créer qui m’a amené à écrire. J’ai trouvé dans la peinture et l’écriture des similitudes que je n’avais pas descellées au cours de ma carrière d’ingénieur physicien. Alors j’ai constaté que le texte complète l’œuvre picturale. Faites un effort et vous constaterez un vocabulaire commun entre ces disciplines.
Aussi, il m’est difficile d’écrire en absence d’image et sous la pression de quelques amis je me suis livré à l’art de la rime.
Linkedin   email

Ses oeuvres

1 oeuvre
  • " " Le ravin " " - Christian MORAZZANI

    Publié le 16/09/2020

    La combe semble être creusée par la roue du char Que ce géant de Gargantua emprunte souvent. La beauté de la nature donne le vertige Comme peut le faire ce précipice.
 
 
 
 
X

X

Signaler un abus

Motif de l'abus :